Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ?

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ?
Qu’est-ce qui nous motive à vivre jour après jour ? Les psychologues et autres observateurs de la vie ont repéré un nombre de facteurs qui nous poussent à agir. En effet, la vie paraît bien terne si on n’a pas d’objectifs. En voici six.

1. La gloire

On veut se faire un nom. On veut être reconnu par une réussite éclatante, quel que soit le domaine. Comme Daniel Balavoine l’avait chanté :

Je m'présente, je m'appelle Henri
J'voudrais bien réussir ma vie, être aimé
Et partout dans la rue
J'veux qu'on parle de moi
Que les filles soient nues
Qu'elles se jettent sur moi
Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent
Qu'elles s'arrachent ma vertu
Puis après je f’rai des galas
Mon public se prosternera devant moi
Des concerts de cent mille personnes
Où même le tout Paris s’étonne...

C’est la raison pour laquelle tant de garçons rêvent d’être footballeur ou chanteur, que les filles rêvent d’être princesse (même en République !) Et que des jeunes cadres dynamiques rêvent de devenir grand patron. Et en plus, on souhaite tous les avantages qui accompagnent cette gloire. À défaut d’y parvenir, on lit leurs histoires dans la presse people et on s’imagine dans ce paradis terrestre.

2. La richesse

Pour d’autres la richesse suffit, même sans la gloire, à partir du moment où l’on a la vie facile. Pas besoin de se lever chaque matin pour aller travailler. On peut s’offrir tous les plaisirs – les meilleurs restaurants, les plus beaux voyages, les bijoux, les montres, les places d’honneur aux spectacles et aux matchs.

3. Le pouvoir

C’est le plaisir de pouvoir décider et d’imposer sa décision aux autres, sans être soumis aux contraintes dictées par d’autres. C’est laisser une trace dans l’Histoire, à la différence de la gloire éphémère d’un sportif ou d’un chanteur.

4. La vie tranquille

En revanche sa motivation peut être la vie tranquille, un sentiment de sécurité, sans forcément disposer d’un compte en banque bien fourni. Habiter un village tranquille, posséder une petite maison, être bien assuré tous risques dans tous les domaines de la vie, et se la couler douce. Que demander de plus ?

5. L’amour

Entre l’amitié (comme le disait Montaigne : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi. ») et les désirs sexuels qui sont si puissants, il y a l’amour du couple qui se trouve et qui fonde une famille. Le relationnel, il n’y aurait que cela qui compte dans la vie pour beaucoup de monde. Pour ces personnes, c’est l’amour qui donne un sens à la vie.

6. L’excitation

D’autres ont le goût du risque et sont prêts à tout pour vivre des sensations fortes. La libération des endorphines est un véritable déclencheur de plaisir. Le reste peut paraître trop fade pour ceux qui privilégient l’aventure.
Certaines de ces aspirations sont tout à fait légitimes. De toute façon il est impossible de vivre sans se projeter quelque part vers un avenir meilleur, et l’être humain vivrait encore à l’âge de pierre si certains n’avaient pas eu des motivations (parfois extrêmement égocentriques certes) à dépasser leur banal vécu quotidien.

Les revers possibles de la médaille

Quels que soient les objectifs que l’on se fixe, il y aura toujours des obstacles qui se dresseront devant leur réalisation. C’est en se heurtant à ces résistances que l’on peut vivre de terribles désillusions accompagnées de troubles du psychisme.

1. La culpabilité

Si les buts s’avèrent inaccessibles, on vit souvent une certaine culpabilité qui peut mener à des formes de dépression. On a l’impression de n’avoir pas été à la hauteur de ses rêves, ce qui provoque un sentiment de mélancolie et de découragement. Et même la jalousie à l’égard de ceux qui semblent avoir réussi.

2. La colère

Si en revanche, on a l’impression que l’on pourrait réussir à atteindre ses objectifs mais que ce sont les circonstances extérieures qui nous empêchent d’y arriver, c’est la colère qui peut éclater. Ou bien on refoule la colère, ce qui déclenche le ressentiment et l’amertume.

3. L’anxiété

Si c’est la crainte de l’échec qui domine, cette peur est anxiogène, et on sait à quel point les médecins sont obligés de prescrire des médicaments antidépresseurs.

Allons plus loin

Si Dieu est bien celui qui a créé ce monde et l’auteur de notre vie, ne serait-il pas logique que notre véritable motivation dans la vie soit la recherche de sa gloire ?
Si la nature, les relations interpersonnelles, l’intelligence humaine, le désir de bien vivre sa vie et tout le reste viennent de lui, n’est-ce pas lui seul qui mérite qu’on le glorifie ?
Lui dire notre reconnaissance du matin jusqu’au soir nous rend encore plus conscient de la saveur de la vie. Quand nous louons Dieu aux oreilles des autres comme on le ferait pour un beau geste technique d’un footballeur ou pour un repas bien préparé et partagé entre amis, c’est mettre Dieu à sa place, c’est-à-dire, la première.
Lui faire confiance en nous appuyant sur lui aux moments difficiles (et inévitables) de la vie, c’est aussi relativiser notre propre importance et reconnaître sa puissance et son amour.
Cette motivation n’a pas d’effets négatifs. Elle nous rend, au contraire, disponibles pour servir notre prochain, celui que Dieu aime comme il nous aime.

Le plus important selon Jésus

On a un jour demandé à Jésus quel était le commandement le plus important de toute la Bible. Il a répondu ainsi : « “Tu dois aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être et de toute ton intelligence.” Et voici le deuxième commandement, qui est aussi important que le premier : “Tu dois aimer ton prochain comme toi-même.” »
À noter aussi que dans la prière qu’il nous a enseignée, (le fameux Notre Père) la première demande que Jésus préconise peut se traduire ainsi : « Que tu sois reconnu pour Dieu ».




Le Larousse définit la gloire ainsi : « Renommée éclatante, célébrité, grand prestige dont jouit quelqu'un dans l'esprit d'un grand nombre de personnes ». Dans la Bible hébraïque, le mot traduit par gloire signifie « le poids ». Dans le Nouveau testament, le mot grec utilisé exprime plutôt l’idée de renommée.

Vous aimerez aussi

Pas besoin de canot de sauvetage ni de savoir nager quand Jésus est dans le...
Interview de Dominique Montefia, président de l’association GRACE (Guérison...
«Il est dans les révolutions des mouvements contraires et des mouvements...
Nous avons mené l’enquête en allant à la source… C’est le soir. Jésus...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...