Jésus m’a sortie de la rue

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Après bien des années d’errance, Sonia a trouvé son Sauveur.
Jésus m’a sortie de la rue
Je suis issue d'une famille athée, à l'exception de ma grand-mère qui était très croyante catholique. Elle est décédée quand j’avais trois ans. Elle avait supplié ma mère de me faire baptiser pour que je guérisse de l'asthme. Mon père se nommait Salvador, ce qui signifie Sauveur, et ma mère se nomme Libertad, ce qui signifie liberté.

Violée à douze ans…

J'ai eu une enfance heureuse jusqu'à mes 12 ans où j'ai été violée et mise enceinte. Le secret est resté entre ma mère et moi afin de protéger mes frères beaucoup plus âgés que moi. Du coup, le cœur lourd, je suis devenue très rebelle et colérique. C'était la guerre entre mon père et moi. Je me sentais lourde avec un tel fardeau.

SDF à dix-huit ans

Du coup, j'ai quitté la maison et je suis devenue SDF à 18 ans. J'ai mendié, fraudé, et connu beaucoup d'hommes. J'ai connu la faim et le froid. Je me suis débrouillée pour me protéger, manger et dormir le moins possible dehors. Je parcourais la France à la recherche de centres d'accueil de nuit. Le plus souvent, on ne peut y rester qu’un mois maximum, même en hiver.

J’ai compris que Dieu m’aimait

Montélimar est à mon cœur la plus belle ville de France, mais pas à cause de ses paysages. À l’époque, j'allais parfois déjeuner dans les associations. C’est dans cette ville que j'ai rencontré une bénévole qui m'a offert un beau livre « Plus fort que la haine ». En le lisant, j’ai compris que l'amour de Dieu était plus fort que tout et qu’il m’aimait. Oui, il aimait cette fille SDF que les gens regardaient bizarrement. Cela a été un des tournants de ma vie. À partir de ce moment, j'ai commencé à prier et à me confier à Dieu. Je lui disais mes besoins et je lui demandais de me sortir de la galère. Ainsi, je lui disais mon amour pour lui. J'avais appris par cœur la prière du « Notre père ».

Espoir envers et contre tout

Lorsque je mendiais, les autres gens de la rue rigolaient parce que je ne voulais ni me droguer, ni boire, ni voler. Je ne voulais pas leur ressembler. Je sentais que Dieu me regardait vraiment différemment avec compréhension, compassion et amour. Souvent, lorsque j’étais en groupe, certains disaient que jamais on ne s'en sortirait. Moi, je leur répondais que Jésus allait me sortir de là.

« Tu sais que Jésus t'aime ? »

C’est ce qu’il a fait à Nantes le jour de mes 25 ans. Peu de temps après, j'ai rencontré de nouvelles personnes qui m'ont proposé une veillée de prière dans un groupe catholique charismatique. J'ai accepté d'y aller car l’un d’eux m'a demandé : « Tu sais que Jésus t'aime ? » Je me souviens lui avoir répondu : « Oui, il m'a sortie de la rue. » Le dimanche suivant, je suis allée à la messe et à la fin, j'ai demandé au prêtre de refaire mon baptême parce que je voulais moi-même décider de cet acte afin de suivre Jésus.

Déçue de ne pouvoir être baptisée

Malheureusement, cela ne s’est pas passé comme je le voulais. Du coup, complètement déçue, triste et abattue, j'ai abandonné. Je ne lisais même plus la Bible. J'avais tout lâché à cette époque. Heureusement, le Seigneur, lui, est resté fidèle. J’ai ainsi fait l’expérience de ce qui est écrit dans la Bible : « Si nous sommes infidèles, lui demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. »

Comment Dieu m’a retrouvée

Cela s’est passé en plusieurs étapes. Il y a un an, la personne qui m’avait demandé « Tu sais que Jésus t’aime ? » m’a téléphoné pour prendre de mes nouvelles. Nous en sommes venues à parler d'un homme qui venait d'être baptisé après avoir attendu pendant des années. À la fin de la conversation, elle m’a redit : « Que Dieu te bénisse ! » Dieu m'a secoué le cœur à ce moment-là.
Dieu m'a encore appelée en septembre 2017. Ce jour-là, ce que le pasteur a dit au cours du culte m'a vraiment touchée. J’entendais Dieu me dire de poser mes fardeaux à la croix de Jésus et de le suivre. Alors j'ai posé mes valises dans cette assemblée, comprenant que le Seigneur me voulait là pour y vivre ma foi.

Mon baptême

J’ai enfin pu me faire baptiser. Ce jour-là, j’ai reconnu Jésus comme Sauveur et Seigneur de ma vie ; j’ai témoigné qu'il est le Fils de Dieu parce qu'il m'avait sortie de la rue. J’ai enfoui mon lourd passé dans les eaux afin que personne ne s'en souvienne. Je suis passée par la repentance, j'ai réglé mes dettes à la société, j'ai pardonné à ceux qui m'ont offensé et j'ai demandé pardon à ceux que j'avais moi-même offensés. Une nouvelle vie a commencé.

Ce que Jésus a fait pour moi

Comme tant d’autres, j’aurais pu mourir dans la rue à cause de ma rébellion, de la drogue ou de la dépression. Au contraire, Dieu m’a donné aujourd’hui un travail, un toit et tant d'autres choses. Il me reste des choses à régler, car nous ne sommes jamais parfaits. Seul Dieu est parfait. Je lui ai donné ma vie.
À présent, je suis à son service en participant à des maraudes pour les SDF, et je leur donne le café et l'Évangile.
Gloire soit rendue à Jésus qui m’a sauvée !

Pour aller plus loin
Plus fort que la haine, Tim Guénard, J’ai Lu

2 Timothée 2.13



Vous aimerez aussi

Je peux enfin m’épanouir Que faire quand papa et maman ne vous indiquent...
Didier n’a pas trouvé ce qu’il cherchait. C’est Dieu qui l’a cherché...
Je devais avoir dix ans quand je suis tombé accidentellement sur une cassette...
Que personne ne se méprenne : un monde spirituel implacable se cache sous des...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...