Ma guérison m'a menée à Dieu

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Ma guérison m'a menée à Dieu
Je suis née en Guadeloupe dans une famille catholique pratiquante.
À 20 ans, je me marie et viens en métropole. Faute de temps, je n’ai plus beaucoup de préoccupations spirituelles, mais malgré tout, je récite les prières apprises dans mon enfance.

Quand les médecins tâtonnent…

J’ai un enfant et, quand il a 2 ans, je me retrouve paralysée suite à un gros effort physique. Les médecins ne trouvent pas ce que j’ai. Pour eux, c’est une sciatique bilatérale paralysante. Je passe la plupart de mon temps à l’hôpital, ce qui est très dur pour moi à cause de mon bébé. Malgré des infiltrations, des scintigraphies osseuses et autres examens assez poussés, les médecins ne comprennent pas pourquoi je n’arrive pas à marcher correctement ; je continue à passer par des temps de paralysie.
Un neurochirurgien décide de m’opérer. La veille de l’opération, je souffre énormément. Je ne dors pas de la nuit, je pleure, et j’adresse une prière au Dieu de ma religion : « Seigneur Dieu, si tu permets au médecin de trouver ce que j’ai, je te jure que la première personne qui viendra m’apporter l’Évangile, je l’accepterai. »
À l’époque, ma cousine, avec qui je suis très liée, est Témoin de Jéhovah. Je me dis qu’elle viendra me voir, qu’elle me parlera de son Dieu et que j’accepterai de suivre sa religion.
Mais c’est ma petite sœur, devenue chrétienne depuis peu, que ma maman m’envoie depuis la Guadeloupe, et qui me dit : « Il n’y a que Dieu qui puisse te guérir. » Elle me parle de sa puissance et de son amour, me laisse sa Bible en me disant de la lire et de demander au Seigneur de m’éclairer. Ce que je fais.

… et que la douleur me taraude

Quinze jours après l’opération, suite à laquelle le neurochirurgien a diagnostiqué une hernie discale, je rentre chez moi ; je souffre toujours autant. Mon mari me propose de m’emmener sous un chapiteau où des gitans chrétiens prient pour les malades. Là, je me sens attirée comme par un aimant. Je commence à fréquenter une Église avec ma petite sœur.
Quelques temps après, je suis de nouveau paralysée. Pendant des mois, je suis alitée. Hospitalisée, une nuit, je souffre au point que le professeur du service est appelé à mon chevet.

Dieu a la solution

Le lendemain, un dimanche midi, pendant que l’assemblée jeûnait et priait pour ma guérison, trois sœurs sont venues à l’hôpital pour passer ce temps avec moi. Au fur et à mesure qu’elles chantaient et priaient, j’ai senti une force pénétrer mes deux jambes ; la douleur au bas de mon dos et dans mes jambes a disparu et je leur dis : « Mes sœurs, je crois que je vais marcher. » Je me suis levée et j’ai marché. Je n’ai rien dit à personne, j’étais trop contente ! Mais j’ai décidé de me donner pleinement à Jésus. Je l’ai accepté comme mon Sauveur et mon Roi.
Le lundi, je suis sortie de l’hôpital sur mes deux jambes. J’ai décidé de passer par les eaux du baptême. Je remercie Dieu de ce qu’il a fait pour moi : il m’a guérie de mon mal de dos, de cette hernie discale et de toute paralysie. Il m’a rendu la santé.
Moi qui ne devais plus marcher, je remarche ; moi qui ne devais plus travailler, j’ai retravaillé ; moi qui ne devais plus conduire, je conduis. Je ne peux que donner gloire au Seigneur. Merci Jésus !

Vous aimerez aussi

Lorsque je réfléchis à ma vie, je comprends aujourd’hui combien il a fallu...
Mes parents m’ont élevé dans la religion bouddhiste. Du bouddhisme à...
Quand la solidarité était la couverture sociale... Je me souviens des années...
Khalida est marocaine. Avec beaucoup d’émotion, elle raconte comment elle est...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...