Plus de tumeur au cerveau ni d’envies suicidaires

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Quand guérison et délivrance se conjuguent…

Plus de tumeur au cerveau ni d’envies suicidaires

J’ai été frappé par la mort tragique de personnes chères quand j’étais adolescent. Du coup, je me suis soumis à l’idée de quitter tôt cette terre. Je pensais souvent au suicide et je suppliais régulièrement Dieu de prendre ma vie.

2004. Je me retrouve aux urgences de l’hôpital 

Migraine terrible, je vomis et suis confus. Le scanner révèle une petite tumeur qu’on décide de traiter avec des médicaments. Désormais, je dois faire chaque année un IRM pour la surveiller. Mes migraines m’handicapent énormément, Elles arrivent sans prévenir. J’arrive à peine à parler quand je suis en crise. 

2006. Ma tumeur a doublé de taille

Il faut m’opérer. Mon entourage est inquiet mais je m’accroche à cette promesse de la Bible : « Ni la mort ni la vie, ni les anges, ni les démons, ni le présent ni le futur, … rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur ». D’un côté, je mesure combien Christ est un bien précieux ; d’un autre, je me sens prêt à mourir, proche de l’éternité.

L’opération est une réussite. 90 % de ma tumeur est retiré. Malheureusement, le neurologue se trompe et me donne deux molécules incompatibles. Je fais une longue crise d’épilepsie et ma respiration s’arrête. Je reviens finalement à la vie mais personne ne sait si je n’aurai pas de séquelles : paralysies, attaques cérébrales ou autres complications.

Je me réveille triste et désespéré car j’aurais préféré mourir. Malgré tout, ma convalescence se passe bien. Je suis progressivement sevré de tout médicament et les migraines s’arrêtent.

2009. Mes migraines recommencent

Pendant trois ans, c’est vraiment horrible mais j’essaye de les cacher.

J’avais choisi de faire mon mémoire de master sur « L’esthétique de la mort… dans la France postmoderne ». Un ami m’observe ; il me permet de faire le lien entre mes recherches universitaires, mes cauchemars et mes pensées suicidaires : c’est moi qui ai peur de vivre ! Je n’ai jamais vraiment accepté jusqu’ici la vie que Dieu m’accordait.

Quand j’ai partagé cela à mon Église… 

ils m’ont répondu tout de suite qu’ils allaient prier pour ma guérison. J’en ai ensuite parlé au pasteur ; il m’aide à comprendre que je me suis soumis à un « esprit de mort » qui ne vient pas de Dieu. Je me suis repenti d’avoir cru à un mensonge pendant tant d’années. J’ai confié ma vie à Jésus en l’acceptant comme un cadeau de Dieu. Nous avons prié que Dieu guérisse mon corps et me donne une nouvelle vie.

Aujourd’hui

Les migraines ont cessé. L’IRM qui a suivi n’a révélé aucune trace de tumeur. Mon hypophyse est de taille normale. C’est incroyable pour moi de vivre sans ce fardeau. J’ai décidé de commencer un autre mémoire et l’ai terminé en sept mois.

Apprendre à embrasser la vie… 

a été un processus plus difficile que je ne l’imaginais. Il fallait envisager absolument tout dans une nouvelle perspective. Pour la première fois, j’ai commencé à imaginer ma vie dans dix ans. J’ai toujours très envie d’habiter la maison du Seigneur, mais j’ai été libéré des pensées de mort.

Pour aller plus loin

Romains 8.38-39 ; Philippiens 1.21.

Vous aimerez aussi

Contrainte de quitter son pays suite à la conversion de son mari à la foi...
Mes parents sont venus d’Algérie en France pour des raisons économiques....
Répondre à ce malade était indispensable. Savoir quoi lui dire ne l’était...
Née en France, Michela a depuis toujours voulu épouser un « blanc ». Ses...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...