Le témoignage : comparaître pour vivre en fraternité

Extrait
Note : 40
( 1 vote )

En forme d’introduction à la « petite école du témoignage (1)  »

Résumé

Généralement le témoignage n’a pas bonne presse dans les milieux dits éclairés. Il est pourtant au cœur de la vie de l’Église, du croyant et de la société. Aujourd’hui il peut être envisagé comme l’un des leviers de construction de soi dans une période de profonde crise identitaire en Occident. Les modalités du témoignage sont diverses, mais ses articulations, trinitaires, spirituelles et sociales gagnent à être clarifiées. Dans leur vie, les disciples du Christ sont témoins de l’action de l’Esprit soufflant sur la création qui gémit. Cette proximité les place en situation de rendre compte, de témoigner de ce qu’ils traversent et observent. Mis en paroles et en gestes, le témoignage se déploie comme une réponse, unique et contextuelle, au cœur des diverses formes de « comparution pour le vivre ensemble ». Le témoignage est ainsi une invitation à cheminer en fraternité , vers un même Père. Quatre formes de fraternité sont ici suggérées, qui, chacune, puise aux sources du témoignage chrétien.

 

 Le témoignage : comparaître pour vivre en fraternité
Depuis des années Hokhma est restée, non seulement une revue de théologie d’inspiration évangélique, mais aussi une modeste fraternité, dont Gérard Pella est membre et à qui ce numéro de la revue rend hommage. Dans ce groupe, formé d’une petite dizaine de pasteurs suisses romands, il est le dernier à faire partie du comité de la revue. Les autres, dont je suis, ont pris d’autres itinéraires théologiques ou simplement d’autres chemins de service dans la continuité d’une ligne initiale. La richesse du groupe a toujours été la diversité des situations ecclésiales, des réflexions théologiques et des cheminements spirituels dont ont été témoins ses membres. Une diversité, on s’en doute, qui est parfois dissonante quand elle n’est pas confrontante, voire potentiellement clivante.

Pour continuer à se rencontrer dans la fraternité, le groupe a dû chercher à aller au-delà du simple échange. Il a donc cheminé au risque du témoignage , revisitant en cela une pratique qui a ses lettres de noblesse dans les sphères piétistes, évangéliques ou pentecôtistes. Chaque participant peut évoquer tel ou tel élément de sa vie, de son cheminement, de ses engagements, sous la forme d’une parole libre, à laquelle les participants peuvent faire écho. L’expérience s’est révélée souvent lumineuse, parfois tendue, quelquefois impossible. Quand à la barre le témoin devient juge, son témoignage fait exploser le dispositif du rassemblement. Les participants doivent alors choisir, non pas un chemin de vie, mais un camp, celui des avocats ou de la partie civile. Le procès qui se met en place n’est plus celui de la parole de vie, mais celui d’une personne ou d’une institution. La fraternité qui préside à la rencontre disparaît. J’écris ces lignes à mes lecteurs, connus et inconnus, comme une exhortation à la persévérance, à (re)trouver une forme de témoignage authentique, non jugeante et porteuse de vie.

Qu’est-ce à dire ? Comme c’est le cas dans nombre de conseils de paroisses ou de groupes chrétiens, les témoignages (ap)portés ne sont pas de simples descriptions de faits. Ce sont des contributions qui éclairent la réalité, chacune à sa manière, unique et fortement contextuelle. Dans l’éclairage même qu’elles posent et proposent, ces contributions sollicitent, voire mettent en route une forme de fraternité qui permettra à chacun, sur son chemin de foi et de vie, de se trouver plus solidement relié. Traditionnellement la théologie insiste sur la dialectique entre témoin et témoignage (2) . Nous proposons ici d’y introduire un troisième terme, la fraternité. Témoin, témoignage et fraternité sont ainsi les trois dimensions d’un vivre ensemble ecclésial, mais, plus largement sociétal. Elles sont en tension, mais aucune ne peut se passer de l’autre. Témoigner sans être témoin de quelque chose serait une duperie. Un témoignage qui n’inviterait pas à une fraternité renouvelée ne serait guère christique. Une fraternité qui se ferait sans témoins n’aurait pas d’épaisseur sociale. Essayons d’articuler ces trois dimensions.
...

1.  Organisée par la Maison de Crêt-Bérard en Suisse : www.petites-ecoles.ch.

2.  Paul Ricœur, « Le témoin témoigne pour quelque chose ou quelqu’un qui le dépasse ; en ce sens, le témoignage procède de l’Autre  ; mais l’engagement du témoin est aussi son témoignage… », L’herméneutique du témoignage , in Le Témoignage , éds E. Castelli, Aubier, Paris, 1972, p. 55s.

Vous aimerez aussi

Introduction Certains pensent parfois que l’Église primitive était pure,...
Une fois encore, la violence aveugle, les tirs de missiles en rafales et les...
La Réforme représente un changement radical et essentiel dans la relation du...
Proximité et dépendance. Au cours des siècles, les chrétiens ont été...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...