J'ai prié Allah, Jésus est venu

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Cet article a été publié dans le magazine Croire et Vivre n° 137 - Juin 2015
J'ai prié Allah, Jésus est venu
Je suis né dans un pays de culture et de religion musulmanes. À partir de 12 ans, j’ai commencé à pratiquer l’islam avec ardeur. Je passais beaucoup de temps à prier dans la mosquée. Je jeûnais souvent. Je lisais tous les jours le Coran. Je rêvais de pouvoir aller en pèlerinage à la Mecque, le lieu saint de l’islam. Mon but ultime était alors d’imiter le plus possible Mahomet, le fondateur de l’islam.

CONVAINCU DE MA RELIGION

À l’âge de 19 ans, je suis venu en France pour faire des études à l’Université. Une femme tenait un stand biblique au restaurant universitaire. Intrigué par cette Bible qu’elle vendait, je m’approche d’elle. Elle me propose de me présenter des chrétiens. Je n’en espérais pas tant car enfin, j’allais avoir l’occasion de prêcher l’islam à un chrétien ! L’islam m’avait enseigné en effet : que ces gens faisaient de Jésus le Fils de Dieu, ce qui était un blasphème impardonnable pour moi. Le Coran affirme en effet : « Dis : il y a un seul Dieu, il n’a pas engendré, et il n’a pas été engendré, et il n’a point d’égal » (Sourate 112). Jésus n’était pour moi qu’un simple homme. Il était prophète certes, mais créé de la poussière au même titre qu’Adam.
Je rencontrais néanmoins un problème : ma religion me demandait de croire que la Bible était la Parole de Dieu, mais elle me disait en même temps que je ne devais pas prendre ses enseignements au sérieux. Pour expliquer ce paradoxe, l’islam prétend que les chrétiens et les juifs ont falsifié la Bible. Je croyais simplement cette affirmation sans jamais l’avoir vérifiée. Je me suis donc mis à lire la Bible pour prouver à ces chrétiens qu’elle avait été frelatée.

À LA DÉCOUVERTE DE JÉSUS

C’était incroyable de découvrir Jésus dans les évangiles ! Jésus n’était auparavant qu’un mot pour moi, mais la Bible me le présentait plein d’amour, de compassion, unique ! L’amour de Dieu pour tous, manifesté dans la vie de Jésus, m’a bouleversé. En tant que musulman, je ne connaissais qu’un Dieu souverain, puissant et sans amour pour les pécheurs. Au fur et à mesure que je lisais la Bible, je me rendais compte qu’elle était différente de ce que je m’étais représenté jusque-là. Surtout, je constatais que l’image que je me faisais de Jésus était tout à fait fausse.
D’inconnu, Jésus devenait pour moi un homme captivant ! Je le découvrais consolant les pauvres, accueillant les hommes rejetés, pansant les blessures de tous les opprimés. Je le voyais pardonnant aux pécheurs, apaisant les malheureux. Je pleurais en pensant à cet amour, mais je restais quand même sûr que l’islam était la bonne et la meilleure voie. Néanmoins, un combat violent avait commencé en moi.

EN RECHERCHE DE LA VÉRITÉ

Je me suis lancé dans des recherches sérieuses. Je commençais à avoir des doutes sur la falsification de la Bible. L’islam nie tout simplement que Jésus est mort sur une croix. Là encore, cela me semblait de plus en plus discutable. J’étais troublé et je pensais à ma famille. Me convertir et quitter l’islam signifierait renier ma famille, ma patrie et rejeter mon identité. Le prix me paraissait trop élevé. Au bout de deux ans, j’en étais arrivé à ne plus supporter d’entendre parler de l’Évangile, tellement cela me frustrait. Si je discutais avec des amis, cela finissait toujours par des disputes.
J’avais rencontré un pasteur et nous avions pris l’habitude de parler religion. Un jour, je me trouvais chez lui. On a voulu me parler de Jésus et du pardon qu’il voulait m’offrir. Cette fois-là, je décide que c’en était trop et que je ne veux plus jamais entendre parler de Jésus-Christ ! Je rentre chez moi. Pour me calmer, je prends le Coran et me mets à le lire. Les paroles sortent de mes lèvres, mais mon cœur reste sec, contrairement à d’habitude. Je vais donc de me coucher.

EST-CE TOI JÉSUS ?

Dans mon lit, je commence à prier Allah, tel que je le faisais chaque nuit, mais le vide m’entoure autant que le silence. Malgré tout ce que j’essaie, je n’arrive pas à trouver cette paix du cœur que je désire tant à cet instant-là. Alors que je suis allongé sur mon lit, je me redresse soudain, tremblant, une peur indescriptible m’ayant envahi. Voilà que la pièce tout entière se remplit de la présence de Jésus ! Il est là, devant moi, sur les côtés, partout ! Mon corps est totalement engourdi ! Poussé par une force invisible, je m’écrie : « Qui es-tu ? » Mon corps tremble ; mon cœur bat fort ! C’est Jésus. C’est lui qui est venu se faire connaître à moi comme le Seigneur vivant, et me sauver. Je lui demande spontanément : « Est-ce toi, Jésus ? Si c’est toi Jésus, je t’accepte. » Mais immédiatement après, je commence à crier : « non, non, non... » Je me rends compte en effet que j’ai dit quelque chose qui va bouleverser ma vie. Mais je ne peux fuir le nom de Jésus ; sa présence a envahi toute la pièce.

JÉSUS ENFIN DANS MA VIE

En titubant, je descends les escaliers pour aller téléphoner au pasteur. Je compose tout tremblant son numéro. C’est sa femme qui me répond. Je lui dis : « Il faut absolument que je parle au pasteur ! » Lorsqu’il arrive je saute dans ses bras ! En sanglots, je lui dis : « Il faut que j’accepte Jésus dans ma vie ! » Je suis alors si ému que je n’ai plus de force dans mes jambes. Une fois assis, je lui répète que je veux accepter Jésus-Christ comme le Sauveur de ma vie. En entendant cela, un sourire illumine son visage. Après tant de discussions et de lectures, je connaissais bien le don que Dieu voulait me faire par Jésus-Christ, maintenant, je voulais qu’il devienne une réalité dans ma vie.
Le pasteur me demande alors :
— Crois-tu que Jésus est le Fils de Dieu et Dieu véritable ?
— Oui, je le crois !
— Crois-tu, Jamel, que Christ est mort sur la croix pour te pardonner tes péchés ? Est-ce que tu crois qu’il est ressuscité pour t’assurer la vie éternelle en lui ?
— Oui, je le crois !
— À tous ceux qui l’ont reçu, continua le pasteur, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir ses enfants. Crois-tu qu’il peut faire de toi son enfant ?
— Oh oui, je le crois !
Ce jour-là j’ai reçu Jésus-Christ dans ma vie, comme mon Sauveur et mon Maître. Quelle paix a inondé mon cœur, une paix que je n’avais jusqu’alors jamais connue. Une paix qui dure jusqu’à aujourd’hui.

Vous aimerez aussi

Un jour de 2008, en prison à Fresnes, un frère chrétien m’a parlé de...
Assise à la table d’un petit bistrot parisien, je te vois avancer d’un pas...
— Est-ce que vous avez l'impression que Dieu vous a donné du bonheur ? Parce...
« Le pain qui donne la vie, c’est moi. Si quelqu’un vient à moi, il...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...