La solitude : ça existe !

Extrait Réflexion

« La solitude, ça n’existe pas ! » chantait Gilbert Bécaud au siècle dernier. Malheureusement, la solitude existe toujours et, même, elle progresse. Elle touche de plus en plus de personnes, et atteint toutes les couches de la société et toutes les tranches d’âge, même si elle est plus fréquente chez les personnes âgées. La crise de la COVID avec ses deux confinements et son couvre-feu n’a fait qu’aggraver la situation…

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

L’ampleur du problème

On estime que la solitude concerne 7 millions de personnes en France (soit un peu plus de 10 % de la population) :
– dont 900.000 séniors (soit 1 sénior sur 4), et parmi ces derniers, 300.000 sont considérés en situation de mort sociale (pas ou peu de relations avec qui que ce soit)
– dont 700.000 jeunes qui n’ont aucun réseau de sociabilité.
40,7 % des appels à SOS Amitié sont motivés par la souffrance causée par la solitude.
En 2018, une journée mondiale des Solitudes a été instituée pour lutter contre ce problème qui a été qualifié de fléau ; elle a lieu désormais le 23 janvier de chaque année.
En Grande-Bretagne, la solitude touche plus de 9 millions de personnes dont 200.000 qui passent plus d’un mois sans avoir de conversation avec un ami ou un proche. Cet état de fait a été jugé suffisamment alarmant pour justifier la création d’un Ministère de la Solitude en 2019 !

Conséquences

Victor Hugo a écrit : « L’enfer est tout entier dans ce mot SOLITUDE. » Voici quelques-uns de ses effets :
• La solitude est aussi néfaste que fumer 15 cigarettes par jour.
• Elle est 2 fois plus nocive que l’obésité.
• Elle produit un sentiment d’inutilité et de perte d’estime de soi.
• Elle conduit au repli sur soi et à l’invisibilité sociale.
• Elle favorise la déprime, la dépression, les idées de suicide.
• Elle accélère les pertes d’autonomie.
• Elle est un déterminant du déclin cognitif.
• Elle affecte les parties du cerveau dédiées à la connaissance et à la mémoire.
• Elle provoque la démence et la mort prématurée.

Les publics touchés

Les solos (célibataires, veufs, divorcés, séparés)

Le fait que les jeunes se marient (ou se mettent en couple) de plus en plus tard, ainsi que l’augmentation régulière du nombre des divorces a conduit à...
Auteurs
René SANCHEZ

L'accès au reste de cet article est protégé.

Achetez cet article pour le lire en intégralité ou le télécharger en PDF.

Recevez ce numéro
au format papier

3 €

J'achète ce numéro

Téléchargez ce numéro
au format ePub et PDF

2 €

J'achète ce numéro

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Vous aimerez aussi

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...