17 octobre : journée mondiale contre la pauvreté

Complet
Note : 40
( 1 vote )
La Journée mondiale du refus de la misère a été reconnue officiellement par les Nations Unies le 22 décembre 1992. Un jour pour agir…
17 octobre : journée mondiale contre la pauvreté

Un nouveau mot

Dans son rapport moral publié en 1978, le Père Joseph Wresinski (1917-1988), fondateur d’ATD Quart Monde, un homme qui a lui-même vécu l'extrême pauvreté, invente le mot « illettrisme ». Il constate en effet que les personnes en difficulté avec la langue, rencontrées dans les cités et autres bidonvilles, sont souvent d'origine française et scolarisées en France.
À la fin des années 1980, il influence le Premier ministre Michel Rocard en vue de l'instauration du Revenu minimum d'insertion (RMI).

Le Quart Monde s’exprime enfin

Membre du Conseil économique et social de la République française à partir de 1979, le Père Wresinski rédigera le rapport « Grande pauvreté et précarité économique et sociale » adopté le 11 février 1987. Ses répercussions sociales et politiques seront importantes à travers l’Europe et dans le monde. Pour la première fois, le peuple du Quart Monde s’exprime officiellement par la voix de l’un des siens. La misère est reconnue comme une violation des droits de l’homme. Il y est proclamé qu’il n’est pas possible de supprimer la grande pauvreté sans associer d’emblée les plus pauvres comme partenaires.

Une déclaration solennelle

Quelques mois plus tard, plus de 100.000 personnes répondent à l’appel du père Joseph Wresinski et se rassemblent autour du parvis du Trocadéro à Paris, là où fut signée la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
On peut lire sur la dalle gravée à cette occasion : « Le 17 octobre 1987, des défenseurs des droits de l’homme et du citoyen de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis. Ils ont rendu hommage aux victimes de la faim, de l’ignorance et de la violence. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n’est pas fatale. Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire.
Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré » (Joseph Wresinski).

Une journée pour…

Donner la parole
Elle fait entendre la voix de ceux qui sont habituellement réduits à leurs difficultés, voire en sont jugés responsables. Elle leur donne la parole sur les conditions indignes qu’ils vivent, sur leurs résistances quotidiennes et leurs aspirations. On ne peut vaincre la misère qu’avec les premiers concernés.

Mobiliser
Citoyens et responsables publics doivent comprendre que la misère est une violation des droits humains fondamentaux, elle n’est pas fatale, et peut être combattue et vaincue comme l’ont été l’esclavage et l’apartheid. Chacun est appelé à agir.

Renforcer la lutte
ATD Quart Monde, à l’origine de cette journée, souhaite que les initiatives inspirées du message inscrit sur la « Dalle du refus de la misère » se multiplient de toutes parts à l’initiative d’associations, d’élus, de citoyens. Il s’investit pour donner, avec d’autres, un écho particulier à cette journée, en l’honneur des personnes victimes de la misère, et pour une mobilisation de tous les défenseurs des droits de l’homme.
Lexique
ATD : Aide à Toute Détresse
Quart Monde : couche de population la plus défavorisée, ne disposant pas des mêmes droits que les autres, et qui existe dans tous les pays, qu'ils soient riches ou pauvres.



Vous aimerez aussi

Beaucoup de spiritualités, chrétiennes ou non, mettent aujourd’hui...
En quelques millénaires, l’homme a incroyablement transformé son...
Ces vestiges d’autrefois témoignent encore aujourd’hui. De quoi ? Pour qui...
L’optimisme du départ en vacances peut cacher bien des aspirations....

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...