La science peut-elle tout expliquer ?

Complet
Note : 50
( 5 votes )

L'étendue des connaissances auxquelles la science nous a permis d'accéder est époustouflante. Est-ce une raison pour lui demander d’avoir réponse à tout?

La science peut-elle tout expliquer ?

La science a profondément révolutionné notre vie: progrès médicaux, moyens de communication pratiquement illimités, mobilité sans précédent dans l'histoire de l'humanité… Il est alors tentant d'imaginer que l'avancée triomphale de la science est sans fin et sans limites: ce serait simplement une question de temps. La science permettra un jour de lever les derniers mystères de l'existence.

Une telle confiance ne tient pourtant pas compte des limites inhérentes à la méthode déployée par la science. Il y a d'abord les questions «métaphysiques» auxquelles par définition, elle ne peut pas répondre: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? Pourquoi les lois de la nature ont-elles la forme que nous observons, plutôt qu'une autre? La science explique toujours un fait en le référant à un autre, de sorte qu'elle ne peut pas découvrir le fondement ultime de tout ce qui existe. De même, elle présuppose toujours auparavant le cadre des lois de la nature et ne peut alors pas l'expliquer.

Le mystère de la rencontre

Mais ce ne sont pas seulement les «grandes» questions de la métaphysique qui échappent à la science. Car celle-ci n'avance qu'au prix d’une discipline rigoureuse: elle exige que l'objet de son étude se laisse justement traiter comme objet, soumis aux manipulations de l'expérimentateur, décrit à l'aide de «froides» formules mathématiques. Ce n'est pas un hasard si le chirurgien évite d'opérer des proches: le temps de l'intervention chirurgicale, il faut traiter la personne comme un simple corps. Ce détachement objectif se situe aux antipodes d'une relation personnelle.

D’après la Bible, la foi a des similitudes avec une relation entre des êtres humains, car Dieu s'y présente sous les traits d’une personne. La méthode scientifique n’est donc que d’un usage très limité dans le domaine religieux, car la démarche de l'investigateur scientifique détruit le noyau de toute relation qu'est la confiance: «Tu ne mettras pas le Seigneur, ton Dieu à l'épreuve» (Deutéronome 6.16).

Comment distinguer le bien du mal ?

L'éthique fournit une autre limite de principe qu'aucun progrès scientifique ne permettra de dépasser. La science décrit ce qui est, elle est alors impuissante à définir ce qui doit être. Certes, d'aucuns essaient de déduire une éthique de la théorie de l'évolution. Mais de tels efforts sont voués à l'échec. D'abord, on peut se demander si l'homme doit vraiment prendre exemple sur des animaux pour son comportement. Mais surtout, il faut déjà avoir posé une valeur (ne serait-ce que le progrès évolutif) pour déduire une quelconque prescription éthique du fait que l'évolution s'est produite.

Si la science ne permet pas de distinguer entre le bien et le mal, peut-on alors renoncer à poser des normes éthiques objectives, valables pour tous? Le prix à payer pour un tel relativisme est bien trop élevé: il nous laisserait sans ressort pour condamner, par exemple, la volonté nazie d'exterminer les Juifs. La «solution finale» n'est pas seulement contraire à nos convictions morales, elle est objectivement répréhensible. Ne pouvant se construire sur la science, l'éthique met en lumière la légitimité d'autres démarches.

Une réalité à facettes multiples

D'autres limites de la science pourraient être indiquées. Il est, certes, possible d'élaborer une description scientifique complète de la forme et de la composition de la Venus de Milo, mais capterait-elle la beauté de cette statue? Seul un scientisme totalitaire invoque la science pour invalider les autres domaines de l'expérience humaine: arts, philosophie, morale, religion… Laissons la science apporter ses lumières là où elle est compétente, mais n'attendons pas d'elle qu'elle nous éclaire sur le sens de l'existence humaine, qu'elle nous fournisse les normes sur lesquelles régler notre comportement ou qu'elle nous dévoile l'origine ultime du monde. Sur ces questions, elle ne saura que rester muette.

=====================================

Lydia Jaeger

a étudié la physique et les mathématiques à l’Université de Cologne. Diplômée de la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, elle est professeur et directrice des études à l’Institut Biblique de Nogent. Docteur en philosophie de l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle s'est spécialisée sur le sujet des rapports entre convictions religieuses et approches contemporaines des lois de la nature. Membre associé du St. Edmund’s College et du Faraday Institute for Science and Religion, à Cambridge.

Elle est l’auteur de plusieurs livres et articles sur le christianisme et sa relation avec les sciences : Croire et connaître: Einstein, Polanyi et les lois de la nature, Nogent-sur-Marne/Cléon d’Andran, Éditions de l’Institut Biblique de Nogent/Excelsis, 1999, 270 p. (2ème édition 2005, 334 p.) Pour une philosophie chrétienne des sciences, Nogent-sur-Marne/Cléon d’Andran, Éditions de l’Institut Biblique de Nogent/Excelsis, 2000, 128 p. Lois de la nature et raisons du cœur: les convictions religieuses dans le débat épistémologique contemporain, Bern, Peter Lang, 2007, 360 p. Vivre dans un monde créé, Marne-la-Vallée/Nogent-sur-Marne, Farel/ Éditions de l’Institut Biblique de Nogent, 2007, 123 p. Ce que les cieux racontent: la science à la lumière de la création, Nogent-sur-Marne/Cléon d’Andran, Éditions de l’Institut Biblique de Nogent/Excelsis, 2008, 246 p.

======================================

Vous aimerez aussi

Repartir à zéro est souvent frustrant. D’après Jésus, c’est pourtant...
La grâce n’est pas une notion. Elle se vit. J’ai grandi dans un foyer où...
Il faut un sacré caractère pour résister aux pressions. Ce midi, ma fille...
Quelques figures du protestantisme qui ont marqué durablement le monde. La...

Commentaires

sanaa
09 March 2014, à 16:00
merci bien pour ces merveilleux informations
Note du commentaire :
67
- +
dano vercos
26 April 2014, à 10:03
j'ai besoin d'aide en philosophie
Note du commentaire :
-5
- +
Audrey
21 August, à 07:19
Franchement..... je préfère fonder ma croyance sur la science car même si cela est basé sur des théories ,de nombreuses théories peuvent être testées. La foi se base sur du vide. Aucune preuve n'est avancées si ce n'est qu'il faut croire à un vieux bouquin écrit il y a des millénaires. Rien dans la croyance n'a été démontré ou testée ou vu. Pendant longtemps, l'homme a attribuer à des dieux ce qu'il ne pouvait expliquer (la foudre, l'éclipse, les tsunami....) et aujourd'hui, en étant capable de comprendre et d'expliquer ces phénomènes, on trouve ces croyances risibles. Je ne tiens pas à aller à la facilité en me disant qu'un "dieu" est responsable de tout, je préfère m'engager dans la compréhension et la recherche des phénomènes en question.
Note du commentaire :
0
- +
Bernard Huck
17 September, à 16:36
Franchement, Audrey, votre réaction, bien que classique, m'étonne. Vous dites vouloir "fonder votre croyance" sur la science, alors que la démarche scientifique écarte justement tout ce qui est "croyance" pour s'occuper des faits repérables par ses outils et tenter des explications. C'est d'ailleurs bien ce qui précise ses limites, comme le dit l'auteur de l'article... qui elle-même est une scientifique. Les croyants vous diront que la foi n'est pas une facilité, mais une prise de conscience d'une réalité qui échappe, par définition, à la démarche scientifique classique, sans pour autant que ces deux démarches soient contradictoires. Je comprends votre réaction, mais espère que vous pourrez prendre un jour plus au sérieux ce "vieux bouquin", comme le font d'ailleurs aujourd'hui plusieurs scientifiques de haut niveau.
Note du commentaire :
1
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...