Un pasteur auprès des sans-logis

Complet Solidaires

La situation actuelle, en lien avec la pandémie de Covid-19, ne constitue pas uniquement un défi sanitaire. Elle entraîne également une explosion de la pauvreté en France. Pour Gilles Boucomont, président de la Mission Évangélique Parmi Les Sans-logis, ce sujet n’est pas que théorique.

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

CV 192 21 solidaires Gilles Boucomont (2)

Des besoins sans cesse croissants

L’association protestante œuvre depuis plus de cinquante ans auprès des sans-abris à Paris et n’a jamais eu autant de travail qu’en ce moment. « On constate 120 % d’augmentation aux repas par rapport à la période précédant la crise », confie Gilles Boucomont, par ailleurs pasteur d’une Église non loin de là.
Engagé avec la structure de solidarité depuis deux ans et demi et très présent dans l’opérationnel, l’homme de foi a une préoccupation de longue date pour le social. Il a notamment été confronté à l’extrême pauvreté lors de sa coopération en Afrique de l’Est. « Ici, c’est différent évidemment », précise-t-il. « On fait face à des gens qui avaient une vie normale mais qui ont connu un accident de la vie. » Il poursuit : « Ça fait réfléchir sur la précarité de l’existence. » Un rappel que tout n’est que grâce !

De la Parole aux actes

Son action, Gilles Boucomont la lie étroitement à sa foi. Pour lui, il y a la nécessité d’être cohérent entre ce qu’il prêche et ce qu’il met en pratique. « Je crois en un Évangile qui libère spirituellement, mais aussi matériellement et économiquement », explique-t-il.
Le ministre du culte assume facilement sa casquette de pasteur. Celle-ci a d’ailleurs plutôt tendance à lui ouvrir des portes. Cette figure traditionnelle est un point de repère positif pour un public assez déstructuré, quand bien même les bénéficiaires sont musulmans. « Il n’y a plus de notabilité à être pasteur dans la société aujourd’hui, sauf dans ce cadre-ci », relève Gilles Boucomont. Petite anecdote qui peut paraître surprenante, le bar anarchiste de Belleville est devenu l’un des plus gros sponsors de la Mission Évangélique en lui offrant régulièrement des gobelets habituellement utilisés pour servir la bière. « Ils sont anticléricaux mais ils regardent avant tout aux actions. »

Des occasions d’être encouragé

Gilles Boucomont regorge d’histoires plus touchantes les unes que les autres. « Un musulman que l’on a aidé a eu un boulot », raconte-t-il. « Il nous a donné 10 % de son premier salaire pour nous remercier. » Une autre fois, un pâtissier du quartier leur a offert une pyramide de 150 macarons. Ils lui ont demandé pourquoi il leur faisait un cadeau aussi coûteux. Sa réponse ? « Je n’oublierai jamais que j’ai mangé chez vous pendant trois mois et demi. » Des récits qui donnent envie de passer à l’action, non ?
Auteurs
Nicolas FOUQUET

Recevez ce numéro
au format papier

3 €

J'achète ce numéro

Téléchargez ce numéro
au format ePub et PDF

2 €

J'achète ce numéro

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...