Sept bonnes nouvelles

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Sept bonnes nouvelles

Les bonnes nouvelles, ça se partage. Alors en voici quelques unes….

Tu n’es pas sur terre par hasard

Même si on a peut-être essayé de te faire croire autre chose à l’école, ta présence sur terre n’est pas le produit d’un quelconque hasard aveugle. Du coup, ta vie peut avoir un sens.

Je m’explique : on parle beaucoup des merveilles de la nature. Je ne parle pas seulement des paysages magnifiques qu’on trouve sur notre planète et dans l’univers mais je pense également à ces millions (j’ai bien dit « millions) d’espèces végétales et animales sur terre et dans les mers. Quel foisonnement ! Quelle richesse ! Certains commentateurs vont jusqu’à parler d’intelligence des arbres, des fleurs, ou des espèces animales à chaque fois qu’ils découvrent les prouesses extraordinaires qu’ils font pour s’adapter à leur environnement. Nous en découvrons chaque jour.

Certains en viennent ainsi à parler de la nature comme si elle était intelligente ou qu’elle avait une personnalité. D’autres continuent de tenter d’expliquer la vie et ces milliards de phénomènes extraordinaires par le hasard.  

Quant à moi, je t’invite à penser que « Il ne peut pas y avoir d’horloge sans horloger » ainsi que le disait Voltaire lui-même.

Tu as un créateur

Il n’y aurait pas en effet d’univers s’il n’y avait pas « quelqu’un » pour le créer. Pas de vie possible sur terre s’il n’y avait pas une source de vie. Pas d’êtres humains doués de raison et d’émotion s’il n’y avait pas un être à l’origine qui les possède en lui-même.

Comment expliquer en effet notre capacité de réfléchir et de nous exprimer si nous n’étions pas issus d’un Concepteur doué d’intelligence et de parole. Comment expliquer l’amour dont nous sommes capables s’il n’y avait pas un Créateur qui nous aurait donné sa capacité d’aimer ?

Depuis l’aube de l’humanité, la Bible nous révèle ce créateur à l’origine de la matière, de la vie, de la beauté, de l’amour. Mais elle va bien plus loin.

Ton créateur a un visage

La Bible nous révèle aussi que notre créateur ne s’est pas contenté de nous créer pour nous laisser nous débrouiller tout seuls ensuite. Non seulement il a envoyé des messagers pour nous dire qui nous sommes et nous révéler qui il est, mais elle atteste aussi qu’il est venu en personne, en choisissant de se faire homme parmi les hommes.

Par contre, plutôt que de s’assoir sur un trône, ce créateur de l’univers a préféré venir incognito, préférant se dépouiller de sa gloire pour faire l’expérience de tous les aspects de la vie humaine. Tu l’as compris, il s’agit de Jésus, né dans une étable dans l’anonymat presque complet.

Pourtant Jésus a été très explicite lorsque quelqu’un lui a demandé de lui montrer Dieu. Il a répondu : « celui qui m’a vu a vu [Dieu] le Père ».

Nous pouvons en conclure que sa vie exemplaire, son caractère, sa priorité donnée aux malheureux, aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et à tous les blessés de la vie… révèlent le vrai visage de notre créateur.

Ton créateur t’aime

À une autre occasion, Jésus a dit qu’il était venu dans ce monde, non « pas pour être servi mais pour servir et donner sa vie pour libérer un grand nombre de gens. »

Tout le monde n’a pas compris à l’époque, mais lui savait que sa vie se terminerait par le rejet et ensuite par sa mort sur une croix romaine.

En réalité, il avait choisi dès le départ de prendre la condition humaine pour porter sur lui le poids des fautes de tous les hommes et leur offrir la possibilité de retrouver le chemin vers leur créateur. C’est depuis l’aube de l’humanité en effet que les hommes se sont détournés de lui et de ce qu’il attendait d’eux. Jésus l’avait clairement dit : sa mort allait être un sacrifice pour le péché des hommes afin de restaurer la possibilité pour les hommes de vivre réconciliés avec Dieu son Père.

La mort n’aura pas le dernier mot

En même temps qu’il avait prédit son rejet et sa mort, Jésus avait annoncé qu’il s’en relèverait vainqueur. Et c’est bien ce qui s’est passé. Le tombeau n’a pas pu le retenir. Il est sorti vivant, vu par de nombreux témoins.

Ainsi, il peut tenir encore aujourd’hui la promesse inouïe qu’il a faite : « Celui qui relève de la mort, c’est moi. La vie, c’est moi. Celui qui croit en moi aura la vie, même s’il meurt. »

Oui, la bonne nouvelle que j’aimerais t’annoncer, c’est que si tu crois ce que Jésus a dit, si tu mets toute ta confiance en lui, il te relèvera de la mort, toi également.

La vie que Jésus promet n’est pas seulement pour l’au-delà. Elle commence dès maintenant avec l’assurance que ton Créateur veut et est capable d’effacer toutes tes fautes, tes erreurs, tes péchés… d’hier et de demain. Il désire devenir ton ami.

Dieu te respecte

Si un examen médical révélait que tu es atteint d’une maladie mortelle, tu serais sans doute désespéré. Mais si le médecin t’annonçait qu’un traitement efficace existe, tu n’hésiterais pas un seul instant, n’est-ce pas ? Dieu te laisse la décision. Il t’invite, il ne s’impose pas.

L’Évangile promet : « Celui qui croit au Fils a la vie avec Dieu pour toujours » mais il prévient aussi : « Celui qui refuse de croire au Fils ne verra pas cette vie… »

À toi donc de choisir car la promesse de l’Évangile est vraie pour toi aussi. En effet, « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Ainsi, tous ceux qui croient en lui ne se perdront pas loin de Dieu, mais ils vivront avec lui pour toujours. »

Tu peux changer de vie aujourd’hui

Pour moi, il n’y a pas de plus grand bonheur que de pouvoir vivre chaque instant avec Jésus-Christ pour ami. C’est ce qu’il a promis à ses disciples juste avant de les quitter pour retourner vers son Père : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

Quoi de plus beau ?

Accepte son invitation. Tu ne seras plus jamais le même. Il t’aime mieux que personne en ce monde.

Vous aimerez aussi

Souvent, des amis juifs m’interrogent, avec une certaine violence que je...
Un jour de 2008, en prison à Fresnes, un frère chrétien m’a parlé de...
J’ai été élevé dans un milieu musulman. Je suis le plus jeune d’une...
Je devais avoir quinze ans et je m’en souviens encore. J’étais chez un...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...