Vous avez dit Moralisation ?

Complet Fait de société
Il n’est pas trop tôt, mais le chemin est encore bien long.

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Vous avez dit Moralisation ?
Alors que les fonctionnements politiques et économiques sont en train de changer, et avant peut-être une série de bouleversements en profondeur, nous observons les réflexes caricaturaux de tous ceux qui vivaient des anciens systèmes. Ils agonisent en tentant de conserver quelque os à ronger sur un squelette desséché. Preuve qu’un monde est peut-être en train de disparaître.
Les outrances de certains sont autant de parodies édifiantes de ce que le monde engendre lorsque le pouvoir et l’argent se coalisent pour créer des êtres sans âme auxquels on a parfois donné les moyens de transformer l’humanité en marchandisation.

Bonimenteurs

Il est temps d’en finir avec les slogans fallacieux, faits pour tromper comme : « Travailler plus pour gagner plus ! Gagner plus pour consommer plus ! Consommer plus pour être plus heureux ! » Avec pareil programme, l’homme est réduit à une seule fonction économique. Comment casser ce schéma obsédant qui passe par la course permanente entre les désirs exacerbés par la publicité et les endettements insupportables que l’on s’impose pour les satisfaire ?
Lorsque la consommation devient destin, la cupidité devient politiquement correcte pour s’installer, en toute légitimité, au cœur d’une sous-culture collective. Avec la complicité des dirigeants politiques, souvent téléguidés – consciemment ou pas – par les banques, un modèle d’avidité généralisé s’est installé, creusant à grands coups d’excavatrice, un vide assourdissant. Étrangement, dans ce vide devenu terreau fertile pour tous les abus, l’économie mondiale s’est engouffrée. Et dans engouffré, il y a gouffre, là où une civilisation tout entière peut sombrer. Ce triste modèle produit un emballement de la consommation sans la moindre prise en compte des individus, pas plus que des ressources disponibles. Voilà comment on en vient à une double crise mortifère.

Lucidité

Soupçonnant un précipice imminent et un abîme dont on ne sort pas, certains observateurs lucides – souvent plus dans la société civile que dans les couloirs des pouvoirs internationaux – ont tiré des sonnettes depuis dix ans et nous commençons enfin à parler de transparence, de traçabilité des opérations financières, de sanctions face aux conflits d’intérêts, de normalisation des rémunérations abusives et même de lutte contre les paradis fiscaux. Des réformes sont progressivement mises en place et les consciences s’éveillent jusqu’à trouver certaines procédures légales éthiquement insupportables. Le mot est lâché : éthique. Jamais on n’aura autant parlé, ces derniers mois, de moralisation !
De fait, il faut militer pour qu’un nouvel ordre social, conforme à l’ordre moral, puisse s’installer. Il faut que la sphère politique et la sphère économique osent une refondation structurelle. Cependant, pour qu’une telle refondation soit réelle et durable, viable et efficace, il lui faut un soubassement éthique, lequel manque encore.

Regarder plus haut

Où chercher et où trouver ce soubassement ? Cette question a déjà été posée (prophétiquement ?) par Vaclav Havel en octobre 2000 lorsque ce philosophe et homme d’État interrogeait : « Comment restructurer un système de valeurs ? Nous aurons du mal à y parvenir si nous ne trouvons pas en notre sein le courage de nous remettre en cause, de refonder un ordre de valeurs que nous serions à même de partager et d’honorer, et de rattacher ces valeurs nouvelles à quelque chose qui se situe au-delà de l’horizon d’un intérêt immédiat d’une personne ou d’un groupe. Comment y parvenir sans un nouvel élan puissant de la spiritualité humaine ? »
Le chrétien peut tendre la Bible au monde ; elle est son soubassement essentiel.
Auteurs
Éric DENIMAL

Recevez ce numéro
au format papier

3 €

J'achète ce numéro

Téléchargez ce numéro
au format ePub et PDF

2 €

J'achète ce numéro

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...