Passeurs de paix dans une région en guerre

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Deux ennemis jurés d’autrefois témoignent ensemble. Que s’est-il donc passé ?

Passeurs de paix dans une région en guerre

« Posté en position dominante j’observe les ennemis qui grimpent et je les regarde dans les yeux avant de tirer. Pan ! pan ! Il n’y a de bon juif qu’un juif mort ! Idem pour les chrétiens ». Voilà ce que nous assène Tass* lorsqu’il évoque sa jeunesse de combattant du Fatah il y a 35 ans. Il était alors garde du corps de Yasser Arafat. 

Le récit se poursuit, haletant et plein de rebondissements puis Liza prend le relais. Elle est juive de Jérusalem ; son fils militaire est resté gravement handicapé suite à une attaque de Palestiniens. Comment donc ces deux ennemis jurés d’autrefois peuvent-ils aujourd’hui intervenir ensemble fraternellement ?

Un petit retour en arrière dans les années 70 est nécessaire pour comprendre. 

De la Palestine aux États-Unis 

Quand le père de Tass s’est rendu compte du caractère belliqueux de son jeune fils, il a cherché à l’éloigner de Gaza. Il choisit alors l’Amérique alors qu’il haïssait pourtant les Américains presqu’autant que les Juifs ! 

Quelle surprise de constater à son arrivée que les Américains qu’il rencontre sont cordiaux, pas du tout comme on les lui avait décrits. Il se sent aimé d’eux, lui le Palestinien. Il finira par épouser une jeune fille du Missouri !

Des États-Unis à Jésus-Christ

Une vingtaine d’années plus tard, un de ses amis lui parle de sa relation personnelle avec Dieu. Tass l’interroge en effet car il voudrait pourquoi son ami est en paix. Il se met à dévorer la Bible. Un jour, son ami lui dit « Tass, si tu veux trouver la paix, tu dois aimer un Juif ». Impossible pour lui ! L’incroyable se produira pourtant. En s’approchant de la personne du Christ, la haine féroce de Tass va soudain laisser la place à de l'amour pour les juifs et les chrétiens.

En Palestine avec Jésus

Sa famille le considère comme un traître. Il envisage néanmoins de retourner au pays pour saluer son père. Il sait pourtant que son frère aîné l’y attend avec un poignard. L’accueil à l’aéroport sera autre, ils tombent dans les bras l’un de l’autre. Peu après, Tass retourne s’installer avec femme et enfants, d’abord dans la bande de Gaza puis à Jéricho, en Cisjordanie. 

Tass veut partager la paix du cœur qu’il a trouvée. En 2006, il fonde Hope for Ishmael une association humanitaire (voir ci-dessous). Il va aussi rencontrer Yasser Arafat son ancien chef, peu de temps avant sa mort. Il lui parle de sa foi et de l’amour qu’il éprouve désormais pour les juifs. Il lui dit aussi son désir de travailler au rapprochement entre Palestiniens et Israéliens. 

Quand Lisa la Juive rencontre Jésus… 

Quant à Lisa, elle est devenue chrétienne à la suite d’un très grave accident qui la laissée sur un fauteuil roulant, abandonnée par son mari. Sa foi l’aide à supporter cet abandon autant que les 35 opérations qui ont suivi. L’attaque de son fils a été une nouvelle et redoutable épreuve ; elle a failli sombrer. Elle raconte comment sa foi en Jésus-Christ lui a permis de vivre le pardon alors que son fils demeure paralysé. Elle témoigne aussi de la grâce qu’elle a reçue en étant guérie et libérée à jamais de son propre fauteuil. 

L’amour du Christ, plus fort que la haine

Quel réconfort en ces temps troublés d’écouter cette Juive et ce Palestinien expliquer ensemble comment l’amour du Christ les a conduits à s’apprécier et à mettre leur énergie pour rapprocher leurs peuples. Ce sont sans doute de bien petites gouttes d’eau tant l’océan de la haine est immense. N’oublions pas que les fleuves sont faits d’une multitude de gouttes d’eau.


* Son nom complet est Taysir Abu Saada

 

Hope for Ishmael développe des programmes d'aide aux enfants et familles arabes afin d'améliorer leurs conditions de vie et de leur redonner un peu d'espoir. L'éducation, la santé, le développement économique et l'aide humanitaire sont particulièrement ciblés. Une école maternelle, un centre culturel et un restaurant sont déjà implantés. Au travers de son association, Tass travaille également au rapprochement entre Palestiniens et Israéliens.   

www.hopeforishmael.org 

Spring Hope for Israël aide et soutient les victimes des attaques terroristes et leurs familles, sans considération de race, de frontière ou de religion. Il défend le droit incontestable d’Israël d’exister comme terre native des Juifs et de protéger leurs citoyens et résidents de toutes formes d’attaques terroristes survenant sur le territoire ou en provenance de ses frontières.

www.springsofhopeisrael.com

Vous aimerez aussi

On me demande souvent ce qui arrive précisément au moment de notre mort. La...
La population mondiale s’élevait à un milliard d’habitants en 1800 ; elle...
Propos recueillis par Georges Mary. Denise Brigou, officière de l’Armée du...
La société ne peut pas être très différente de ceux qui y vivent. À moins...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...