Tous pécheurs. C’est sûr ?

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Le péché est bien plus qu’un acte immoral.

Tous pécheurs. C’est sûr ?

Parmi les souvenirs forts de mon enfance, je revois un homme intègre, généreux et discret. Sa conscience était telle qu’il n’avait pas hésité à rompre avec un ami le jour où celui-ci lui avait suggéré de rendre un faux témoignage en justice. Cet homme exemplaire comme il y en a heureusement plus qu’on ne le dit, s’affirmait résolument agnostique. À ses yeux la question de Dieu demeurait un mystère impénétrable ; nous ne pouvions rien savoir. Les manifestations du mal et de l’injustice dans le monde l’empêchaient de croire en un Dieu juste et bon. Et l’histoire des religions ne l’inclinait pas vers le religieux.

Comment comprendre ?

Quand la Bible annonce que tout homme est pécheur, dois-je en conclure que les qualités de cet ami doivent être suspectées ou qu’elles étaient peut-être hypocrites ? Non ! Comment alors affirmer en même temps son état de pécheur devant Dieu ? Les exigences de Dieu seraient-elles si élevées qu’elles nous sont inaccessibles ? Dans ce cas, homme vertueux ou homme pervers, quelle différence ?

Un élément de réponse

En fait, dans la Bible, le péché ne se définit pas d’abord par la morale, ce que nous avons tendance à faire.

Prenons par exemple la lettre de Paul aux chrétiens de Rome. Après avoir réfléchi sur l’humanité, les religions, le mal, la mort, le péché et le pardon, la grâce, la justice et la vie, l’apôtre conclut que tous les êtres humains, excepté Jésus-Christ, sont pécheurs. En effet, pour lui, le péché c’est l’absence d’une relation vraie à Dieu. C’est donc parce que notre humanité est naturellement dans l’ignorance totale de qui est Dieu qu’elle est pécheresse, coupée de lui, privée de sa vérité et ainsi de sa source et de son sens.

Dans le jardin d’Éden

Avec simplicité, les premières pages de la Bible ouvrent nos yeux sur un mystère dense : l’être humain a rejeté Dieu. C’est le récit d’Adam et Ève qui choisissent de se considérer eux-mêmes comme des dieux, auto-suffisants, plutôt que de vivre dans la confiance en la parole du Créateur. Ils cèdent à la tentation du « serpent » : « Vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. » Comme eux, tous les hommes sont empêtrés aujourd’hui dans le bien et le mal, sachant qu’il y a l’un et l’autre, mais ne discernant pas toujours où est l’un et où est l’autre. Recherchant le bien et produisant parfois le mal, nous sommes dans le brouillard, dans une confusion, capables du meilleur comme du pire. Parfois sincères, parfois tentés par le mensonge, nous appelons Dieu ce qui n’est pas Dieu. Tout cela arrive parce que nous l’avons rejeté. Voilà l’essence même du péché.

Aujourd’hui

Le gangster et le saint, l’homme bon envers ses semblables comme celui qui leur fait du mal... aucun n’échappe à la règle. Ils sont pécheurs. Bien sûr, la cupidité, le mensonge, la violence, la corruption, le mépris, l’hypocrisie, tout ce qui salit l’homme et l’avilit, sont des symptômes et des conséquences du péché. Mais tous, nous compensons cette béance du péché fondamental en nous, en multipliant les idoles. Nos petites divinités idéologiques, technologiques, religieuses nous procurent le sentiment trompeur d’assurance et de maîtrise de la vie tout en nous tenant éloignés du Dieu vivant et vrai. Oui, je suis pécheur, moi qui, sans Jésus-Christ, vis sans Dieu, m’épuisant à tenter de le remplacer par mille contrefaçons.

Après le constat, le salut

Quand nos efforts moraux ne peuvent rien, que faire ?

La Bible annonce cette bonne nouvelle : Dieu se dévoile aux hommes en Jésus. En lui, Jésus, nos yeux s’ouvrent enfin sur Dieu et nous le voyons alors dans sa vérité, tellement différent de toutes nos images « instinctives ». La Bible témoigne que Jésus est à la fois Dieu authentique au milieu des humains et homme véritable. Jésus, demeuré attaché à Dieu, se solidarise avec le pécheur que je suis afin de me faire connaître Dieu.

Prenons de la hauteur

Personne ne reprochera au médecin de dire la vérité au patient si c’est nécessaire à sa guérison. Soyons reconnaissants à Dieu car c’est pour nous conduire à sa paix que la Bible fait ce diagnostic : « tous les hommes sont pécheurs ». Affirmer que même les meilleurs d’entre les hommes sont aussi pécheurs semble d’abord une parole choquante, voire irrespectueuse. Mais ce constat nous prépare à accueillir la Bonne Nouvelle du salut en Jésus le Christ. En lui notre ignorance est balayée, le Dieu de Jésus-Christ s’éclaire dans sa vérité. Jésus l’a dit : le salut c’est de connaître Dieu. Lorsque nous plaçons en lui notre confiance, nous quittons les rives de l’ignorance pour une connaissance confiante et apaisée qui nous conduit à lui obéir.

Plus pécheur que moi ?

Alors que j’étais aumônier de prison, je disais souvent à des détenus que la différence entre eux et moi ne tenait pas à nos qualités morales. J’étais aussi pécheur qu’eux, ni plus, ni moins. Probablement qu’avec la même histoire que la leur, avec la même éducation ou absence d’éducation, j’aurais été l’un d’entre eux. En fait, la différence tenait à l’épaisseur d’une feuille de Bible. Cette feuille qui m’a dévoilé l’amour de Dieu, source de Vie véritable, le Christ Jésus en qui j’ai cru et qui me permet de vivre désormais devant lui et avec lui.

 HEUREUX PÉCHÉ ?

On attribue à saint Augustin cette parole provocante : « Heureux péché, qui nous a valu un tel Sauveur ! » Augustin voyait que la reconnaissance du péché radical et universel n’est ni un mépris, ni une culpabilisation stérile, mais le passage nécessaire pour accueillir joyeusement l’extraordinaire grâce que Dieu offre au monde en son Christ, Jésus. Le caractère radical du péché met en lumière la radicalité plus grande encore de la grâce et du salut, selon la parole de l’apôtre Paul : « Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé. »

POUR ALLER PLUS LOIN

Romains 3.23 ; Genèse 3.5 ; Psaume 32 ; Jean 13.1-3.

Vous aimerez aussi

La vraie question n’est peut-être pas faut-il fêter noël, mais comment le...
Les films, les émissions télévisées ou les pièces de théâtre qui...
Internet : l’occasion de nous poser les bonnes questions. J’ai rencontré...
« Sola Fide » (la foi seule) est l’une des proclamations radicales de la...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...