Un parcours hors norme

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Martin Luther King n’avait pas 40 ans lorsqu’il est mort assassiné. C’est pourtant une œuvre colossale qu’il laisse derrière lui.
Un parcours hors norme
Né à Atlanta en 1929 dans une famille issue de la classe moyenne, Martin Luther King évolue dans un milieu protégé où le sens du respect et de la dignité sont établis. Néanmoins, le jeune garçon sait parfaitement que dehors, un système injuste et oppressant, la ségrégation, accable la minorité noire et paralyse la société américaine. Les Noirs sont perçus comme des citoyens de seconde zone et un racisme institutionnalisé les enferme dans une structure qui les prive de leur dignité d’homme.

Premières prises de conscience

Martin Luther King effectue de brillantes études, d’abord au collège Morehouse à Atlanta puis à Crozer, à Chester en Pensylvannie. Il entreprend des recherches systématiques destinées à lui fournir la meilleure méthode pour éliminer le fléau de la ségrégation qui gangrène son pays. Il découvre les écrits du célèbre prédicateur baptiste Walter Rauschenbusch, en particulier son livre « Le christianisme et la crise sociale ». Il retient de cet auteur qu’une Église qui prétend avoir le souci des âmes, et qui se désintéresse des conditions économiques et sociales qui paralysent les individus, est condamnée à disparaître. C’est aussi dans ce séminaire qu’il étudie les écrits de Gandhi et plus particulièrement sa lutte non-violente employée pour chasser de l’Inde l’occupant britannique.
Après sa solide formation théologique et philosophique, le jeune lauréat décide avec son épouse de regagner le Sud pour exercer un ministère pastoral à Montgomery dans l’Alabama.

L’événement déclencheur

En 1955, Rosa Parks est arrêtée. En effet, cette couturière a refusé de céder sa place dans l’autobus à un passager blanc comme l’imposait la loi ségrégationniste du Sud des États-Unis. Cet événement va propulser le jeune pasteur sur la scène médiatique.
Choisi en raison de son éloquence et de son intelligence pour animer le mouvement des droits civiques, M. Luther King y voit une occasion de mettre en œuvre la résistance non violente qu’il a découverte chez Gandhi. Contrairement aux « gradualistes » qui pensent que les Noirs obtiendront progressivement le droit à l’égalité civique et civile, Martin Luther King réclame l’intégration immédiate des Noirs dans la société américaine.

Un combat de longue haleine

Intimidations et brimades vont s’ensuivre, y compris des lynchages dont les membres du Ku Klux Klan se rendent coupables tout en échappant au tribunal pénal. Néanmoins, les militants des droits civiques parviennent à fissurer le bastion de la ségrégation par la non-violence active.
Dès lors, il s’agit d’organiser et de coordonner les différents mouvements de revendications pour l’égalité des Noirs.

Événements marquants

La marche sur Washington en août 1963 est vraisemblablement l’épisode le plus spectaculaire qui illustre la volonté des Noirs d’être enfin reconnus comme citoyens à part entière.
En 1964, M. Luther King reçoit le prix Nobel de la paix qui couronne son engagement militant et non-violent. L’année suivante, les Noirs obtiennent le droit de vote avec le Voting act signé par le président américain Lyndon B. Johnson.
Le pasteur baptiste sillonne le monde pour le sensibiliser à la cause qu’il défend.

Bientôt la disgrâce

Son message se durcit devant la lenteur des dirigeants politiques de son pays à mettre en œuvre les changements indispensables à l’amélioration des conditions de vie des plus défavorisés. Il multiplie ses interventions pour dénoncer « le poison des inégalités sociales ».
Sa prise de position publique contre la guerre du Vietnam en 1967 s’inscrit dans cette optique. Seulement, elle lui attire beaucoup de critiques de la part de ses compagnons de route et de l’administration Johnson. Il devient à cet égard persona non grata à la Maison-Blanche.
Dès lors, le FBI amplifie ses accusations contre lui. Il est soupçonné d’être subversif, rallié au communisme. Sa vie privée fait l’objet d’une surveillance accrue. Il est accusé d’infidélités conjugales, d’homme dépravé et dévoyé. Si Martin Luther King a reconnu des tensions conjugales voire certains écarts de conduite, il faudrait cependant distinguer ce qui est avéré de la calomnie, la méchanceté ou l’exagération de E. Hoover qui dirigeait à cette époque le FBI et qui détestait au plus haut point M. Luther King.

Un combat tous azimuts

M. Luther King appelle de ses vœux une société plus humaine, plus fraternelle où les hommes ne se jugeront pas selon la couleur de leur peau mais d’après la dignité et la valeur de chacun.
En février 1968, les éboueurs de la ville de Memphis dans le Tennessee en grève, réclament la présence du leader charismatique du mouvement des droits civiques. Si Martin Luther King y répond favorablement, c’est parce qu’il comprend que ces employés noirs sont le symbole le plus clair de l’injustice et de la pauvreté en Amérique.

Il parle encore

Le 4 avril 1968, Martin Luther King est tué par un partisan de la haine raciale, James Earl Ray. Sa voix s’est tue mais son message conserve toute son actualité et résonne comme l’airain tout autour du globe.
Le 16 octobre 2011, le Président américain Barack Obama inaugurait le Mémorial Martin Luther King à Washington D.C. en présence d’une foule immense et de quelques militants de la première heure du mouvement des droits civiques.
La démocratie égalitaire et sociale, réclamée longtemps par le révérend King de son vivant, est un projet ambitieux mais pas forcément inatteignable. Il faut pour cela résister à la résignation, à l’amertume ou encore à la fatalité et soutenir toutes les initiatives qui promeuvent le respect et la dignité humaine.

Vous aimerez aussi

Quand Jésus répond à une question par une histoire… et une invitation. Un...
Un jour, une collègue de travail, avec qui j'avais l'habitude de parler de...
Un bébé qui vous marque pour la vie, ce n’est pas commun. Je vais mourir. Au...
La société ne peut pas être très différente de ceux qui y vivent. À moins...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...