15 septembre 1890. L’impératrice du polar, Agatha Christie

publié le 15 September 2020 à 00h01 par José LONCKE

15 septembre 1890. Naissance de l’impératrice du polar, Agatha Christie (1890-1976)

15 septembre 1890. L’impératrice du polar, Agatha Christie

Aujourd’hui encore, elle incarne le roman policier. Et ses enquêtes se déroulent dans un monde totalement imprégné de valeurs chrétiennes. Les hypothèses que pose cette anglicane pratiquante, tout au long de ses romans en vue de découvrir le criminel sont impossibles si on ne se réfère pas à la vision chrétienne du bien et du mal ou de la faiblesse des êtres, dues à l’existence du péché originel.

C’est surtout la délicieuse Miss Marple qui témoigne à la barre en faveur du christianisme d’Agatha Christie. Miss Marple contemple l’univers depuis les intrigues de son petit village. A sa manière elle proclame la permanence de la nature humaine ; sa recette c’est la similitude notée entre un acte commis à Sainte-Mary Mead, son village et le crime qu’elle doit élucider.
Ce village l’intéresse parc qu’elle y vit et que s’y concentrent ; comme partout ailleurs, les effets dévastateurs du péché originel.

La digne demoiselle sait pourtant que la simple observation de la réalité peut ne pas suffire. Un exemple : dans « Miss Marple au club du mardi » on la voit clairement confesser son recours à la prière :

 
« Cela va vous faire rire, vous, jeunes gens modernes, mais quand je suis plongée dans de graves ennuis, je fais toujours une petite prière. N’importe où, dans la rue, au marché... j’obtiens toujours une réponse ».
Sa conviction date de l’enfance quand, dans sa chambre se trouvait affiché au-dessus de son lit ce conseil du Christ « Demandez et vous serez exaucé ».

Parlant du succès rencontré par l’œuvre de sa mère, la fille d’Agatha Christie précisa :

 
« Ma mère était chrétienne et croyait au combat entre le bien et le mal. Elle pensait que les assassins devaient être arrêtés et punis ne désirait plus que tout ne pas voir souffrir les innocents. Certes, elle écrivait des histoires avec des meurtres, mais elle ne supportait pas la violence. Et toutes ses histoires possèdent une part importante de moralité ».

Mais comme l’exprime l’un des personnages dans « Les travaux d’Hercule », il ne s’agissait pas pour elle d’un christianisme au rabais :


« La religion, Monsieur Poirot, peut être d’une grande aide et d’un grand soutien, mais, par religion, j’entends la religion vraiment orthodoxe ». 


L’affaire Protheroe, ce roman d'Agatha Christie, le premier à mettre en scène (nouvelles mises à part) son personnage de Miss Marple, en 1930, est certainement l'un des plus délicieux ! Il existe deux adaptations BBC :
La première avec Joan Hickson qui se rapproche le plus du personnage des romans. Tournée dans les années 80, elle possède un charme quelque désuet qui convient parfaitement aux romans de Christie.
La seconde avec Geraldine McEwan, fidèle au roman, permet de découvrir une miss différente, peut-être plus "originale" mais tout aussi agréable.

VOIR AUSSI : 15 septembre 1648

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...